Confiance en soi

Le projet "confiance en soi" existe depuis plusieurs années au Luxembourg et connaît un franc succès. L’idée de se protéger contre la violence par une attitude de confiance en soi représente une nouvelle approche.

L’idée fondamentale: Éviter les délits représente le meilleur moyen de protéger les victimes

La violence apparaît dans la famille proche, entre époux, au travail, à l’école et dans la rue. Les statistiques et sondages montrent que le gros de la population voit la criminalité comme une sérieuse menace personnelle, qui amène à un sentiment d’insécurité élevé. Cette peur occasionne une perte de la qualité de vie et même de son amour-propre. Le sentiment d’insécurité peut être également altéré par les rapports de victimes ou de connaissances ou par des scènes vécues personnellement.

La "victimologie" divise les dommages encourus par les victimes en préjudice primaire, secondaire et tertiaire. Les dommages primaires représentent les blessures physiques que les victimes endurent directement pendant l’acte de délit. Les dommages secondaires se forment via le contact de la victime avec les instances de police, tribunaux et parquets. Les dommages psychiques sont considérés comme tertiaires et sont souvent plus graves que les dégâts matériels.

La devise

Une clarification ciblée sur les règles de comportement à observer en situation de danger, savoir reconnaître une telle situation avant qu’elle escale et l’éviter sans amplifier sa peur! Telle est la devise du projet.

Le projet

Le projet représente un modèle de coopération, qui réunit des ressources publiques et privées.  

La confiance en soi commence dans son esprit, le modèle élémentaire de sa propre défense doit être ancré ici. Les participants vont être amenés à reconnaître les dangers au préalable et le cas échéant savoir réagir correctement.

La formation prévoit les cours suivants:

  • prévention comportementale,
  • entraînement contre la désescalade,
  • des séances de self-defense et/ou de Krav Maga "light",
  • mobbing,
  • aide aux victimes,
  • Internet – prévention,
  • aides aux victimes pour femmes,
  • aides aux victimes pour hommes,
  • postes de consultation pour hommes.

Coûts

La participation au projet est gratuite.

Public cible

La participation au projet vise tous les concitoyens de plus de 16 ans, qui aimeraient transmettre le savoir acquis lors de cette formation ou qui souhaitent renforcer leur confiance en eux.

Nombre de participants

Il est prévu de limiter le nombre de participants à 30 par cycle de formation.

Contenu de la formation

La formation de base comprend 16 unités à 2 heures chacune, les cours seront dispensés de manière hebdomadaire (sauf vacances scolaires) sous forme de cours du soir (à partir de 18.30 heures).

But du projet

Le projet a pour but de:

  • démontrer les moyens de réagir,
  • apprendre à reconnaître les situations de danger, savoir les évaluer et y réagir correctement,
  • renforcer son assurance,
  • renforcer le sentiment de sécurité de manière objective et subjective et ainsi
  • augmenter sa qualité de vie.

Le principe de base de la confiance en soi est de contrer le point le plus vulnérable de l’attaquant en recourant rapidement au moyen le plus efficace. La confiance en soi n’est pas un sport de combat et ne veut combattre la violence par la violence. La confiance en soi ne rend pas invincible, mais apporte une meilleure chance de vaincre ou écarter une agression en évitant les dommages. La chance de ne pas devenir une victime croît en montrant une certaine assurance et en réagissant de manière conséquente.

Renforcer sa confiance en soi permet:

  • de paraître sûr de soi,
  • de reconnaître les situations de danger plus rapidement,
  • de réagir adéquatement,
  • de mieux assimiler le délit ou la tentative de délit par la suite.

Avoir un degré de confiance en soi plus élevé permet de réduire le sentiment d’insécurité, sa détresse et sa vulnérabilité.

Dernière mise à jour