Conséquences des stupéfiants

drogues-001

La consommation de stupéfiants peut s’exprimer chez les adolescents par des changements de comportement et par des caractéristiques physiques qui ne relèvent pas que de la puberté. Leurs performances à l’école diminuent et leur humeur est changeante. D’autres comportements type sont le repli sur soi, l’isolement de la famille et une langueur généralisée.

Il y a certains symptômes qui devraient être considérés comme signal d’alarme.

Signes physiques

Comme les stupéfiants sont absorbés par le corps, certaines caractéristiques physiques qui peuvent éveiller une suspicion de consommation apparaissent en fonction de la pratique de consommation. Les signes suivants sont cités à titre d’exemple et ne doivent en aucun cas être confondus avec une "check-list". Les signes ne constituent pas une preuve de consommation de drogue. Cette énumération devrait seulement donner des points de repère pour reconnaître la consommation de stupéfiants:

  • Aspect physique maladif
  • Importante perte de poids
  • Visage blafard, pâle
  • Tendance inhabituelle à la transpiration
  • Inquiétude et tremblement, anxiété
  • Comportement inhabituel
  • Pupilles dilatées

Il existe toute une série d’autres signes individuels indiquant la consommation de drogues. Certaines maladies peuvent toutefois provoquer également les mêmes symptômes, sans pour autant être liés à de la consommation de stupéfiants.

Des traces de piqûres (situées sur toutes les parties du corps, souvent aux bras et aux jambes), ressemblant à des piqûres d‘insectes, possiblement déjà transformées en abcès (cette indication ne doit pas être prise en compte dans le cas de malades obligés de s’administrer régulièrement des médicaments par voie de piqûres, p.ex. les diabétiques) peuvent également faire supposer la consommation de stupéfiants.

Changements de comportement

La consommation à long terme de stupéfiants influe aussi sur la personnalité. Ceci peut s’exprimer par un changement de comportement:

  • Changement soudain du cercle d’amis
  • Forte diminution de performance
  • Abandon des activités de loisirs
  • Soudaine négligence de l’hygiène corporelle
  • Isolement fréquent non motivé (afin de s’administrer la prochaine dose de drogue)
  • Port permanent de vêtements à manches longues (pour cacher les traces de piqûres)
  • Donner l’impression d’être saoul, sans avoir bu d’alcool; état d’apathie
  • Agressivité fréquente
  • Langueur
  • Fatigue permanente
  • Comportement dépressif

Certains des changements énumérés peuvent aussi être liés à la puberté. Ces constatations de changements ne prouvent donc pas nécessairement la consommation de stupéfiants, mais du moins l’existence de problèmes.

Dernière mise à jour